22 Août

Votations fédérales du 25 septembre 2016

fddf

Lors de son récent Congrès de Malleray, le PS Jura bernois a adopté ses positions dans l’optique des votations populaires du 25 septembre prochain.

OUI à l’initiative en faveur d’une économie durable

Les ressources de notre planète s’épuisent. Nous gaspillons trop. Il est primordial que nous assumions nos responsabilités à l’égard des générations qui viendront après nous. L’initiative, qui veut, d’ici à 2050, réduire l’empreinte écologique de la Suisse à un équivalent planète extrapolé, est ambitieuse. Mais il grand temps de favoriser la consommation locale et la fabrication de produits durables au lieu du tout-jetable. L’initiative encourage une économie intelligemment innovatrice qui peut aussi être créatrice d’emplois. En nous engageant dès maintenant avec détermination en faveur d’une économie qui ménage notre cadre de vie.

OUI à l’initiative « AVS+ Pour une AVS forte »

Des rentes qui n’augmentent plus depuis belle lurette, la droite qui veut augmenter l’âge de la retraite et baisser le taux de conversion des avoirs du second pilier : la coupe est pleine ! Le PS regrette certes que l’initiative ne prévoie pas l’indexation des rentes complémentaires, ni n’évoque l’élargissement de l’assise financière de l’AVS (les juteux bonus ou les transactions boursières devraient notamment être astreints au financement de l’AVS). Mais, en soutenant massivement cette initiative, le peuple marquera son attachement à une AVS forte et résolument solidaire, fondement même de l’Etat social en Suisse.

NON à la Loi sur le renseignement

Si les délégués socialistes sont conscients de la nécessité de défendre l’Etat de droit et la démocratie face à l’obscurantisme et aux menaces terroristes notamment, une majorité de délégués n’en estime pas moins que la loi telle que proposée par les Chambres constitue une intrusion excessive dans la sphère privée, que les attributions de chef du Département de la Défense sont excessives (puisqu’il ne doit que « consulter » ses collègues en matière de surveillance et de collaboration avec l’étranger) et qu’il n’est sûr du tout que la multiplication des données tous azimuts puisse renforcer la sécurité et préserver la liberté et la démocratie.