24 Sep

Une occasion manquée

Le PS du canton de Berne regrette vivement le rejet de la Prévoyance vieillesse 2020. Cette réforme des retraites aurait enfin permis d’augmenter les rentes AVS. Il se pourrait désormais qu’il soit difficile d’élaborer un projet susceptible de réunir une majorité dans un futur proche. Couper dans l’AVS ou relever l’âge de la retraite à 67 ans serait de toute façon hors de question pour le PS du canton de Berne.

Le rejet de la Prévoyance vieillesse 2020 est une occasion manquée, même s’il est vrai que le projet présentait certaines lacunes du point de vue de la gauche : l’augmentation de l’âge de la retraite des femmes à 65 ans en particulier, alors qu’il n’y a toujours pas d’égalité des salaires hommes-femmes, aura certainement incité les gens à refuser le projet et fait pencher la balance du côté du non. C’est un signal clair donné aux partis bourgeois, lesquels lorgnent d’ailleurs vers un relèvement général de l’âge de la retraite à 67 ans. Si un futur projet devait de nouveau prévoir une augmentation de l’âge de la retraite, il n’obtiendrait pas la majorité du peuple.

Aujourd’hui est un jour noir pour les personnes avec une petite rente ou sans prévoyance professionnelle complémentaire : leur prévoyance vieillesse aurait pu être nettement améliorée. Dans le canton de Berne en particulier, nombreuses sont les personnes qui en auraient eu grand besoin. En cas de nouveau projet, il est important pour elles qu’il n’y ait pas de coupes. Elisabeth Striffeler, présidente du groupe au Grand Conseil, le réaffirme : « Le PS du canton de Berne luttera farouchement contre toute détérioration de la prévoyance vieillesse. »