26 Jan

Non au bradage de BKW SA

Consultation relative à la loi sur la participation du canton à BKW SA

Le PS du canton de Berne rejette catégoriquement une cession de la participation majoritaire du canton dans la société BKW SA. Dans notre canton, l’approvisionnement énergétique fait toujours partie du service public. Compte tenu des défis à relever dans le domaine de la politique énergétique, un pouvoir étatique fort offre des avantages évidents. A l’inverse, la vente des parts du canton impliquerait de grandes incertitudes. Le PS du canton de Berne se réserve le droit de lancer un référendum contre ce projet.

Le PS du canton de Berne rejette la nouvelle loi sur la participation du canton à BKW SA. Bien que le parti reconnaisse la nécessité de cette loi, il refuse de laisser au canton la possibilité de renoncer à sa majorité dans le capital-actions de BKW SA. Plusieurs arguments parlent en faveur d’une participation majoritaire du canton dans cette société :

  • L’approvisionnement en électricité fait partie des points clés pour une politique énergétique et économique progressiste. De par sa participation majoritaire, le canton peut exercer une influence concrète dans ce domaine. Dans le contexte des changements dans la branche énergie, c’est un avantage important.
  • En cas de retrait du canton, les participations de BKW, notamment celles qu’elle détient dans des centrales hydroélectriques, seraient aussi affectées. La participation majoritaire du canton à BKW SA garantit que ces centrales ne tombent pas en mains étrangères, ce qui s’avère indispensable pour conserver un maximum d’autonomie dans l’approvisionnement énergétique.
  • BKW SA rapporte chaque année de grosses sommes d’argent au canton. A eux seuls, les intérêts, les dividendes et les impôts sur le bénéfice s’élevaient à près de 60 millions de francs en 2015. Cette manne viendrait à manquer, sans compter qu’une vente, compte tenu de la valeur boursière actuelle de la société, serait une bien mauvaise affaire du point de vue de la politique budgétaire.

« Le marché de l’électricité est en pleine mutation. BKW SA, sous l’égide du canton, s’est très bien préparée à ce tournant. Dans le contexte des défis à venir, il serait peu judicieux que le canton se retire maintenant, soumettant ainsi l’une de ses principales entreprises à des changements incontrôlés dans son actionnariat », explique Luc Mentha, député socialiste au Grand Conseil. Le PS du canton de Berne se réserve le droit de lancer un référendum contre cette loi qui permettra au canton de céder sa participation majoritaire dans BKW SA.

25 Jan

Une décision inacceptable

Le Conseiller d’Etat Pierre-Alain Schnegg a annoncé qu’il voulait renoncer à une procédure de consultations sur la révision de la loi sur l’aide sociale. Celle-ci prévoit de nouvelles réductions de prestations totalement inacceptables pour le PSJB. Or, les cantons venaient de se mettre d’accord sur des normes minimales, sous la menace de la Confédération d’imposer ses propres normes.

L’aide matérielle est stable depuis 2013. Environ 30 % des bénéficiaires sont des jeunes de 0 à 17 ans, et le quart, soit environ 12’000 personnes, sont des adultes âgés de plus de 40 ans qui n’ont aucune chance de retrouver un emploi, malgré le passage par l’ORP. Il y a enfin 16 % bénéficiaires qui travaillent à temps complet, mais avec un revenu insuffisant (working poors). Ces réductions touchent frontalement les membres les plus vulnérables de notre société, au moment où on discute de cadeaux fiscaux gigantesques, voir le projet RIE III.

Avec l’abandon de la procédure de consultation, les milieux concernés, les villes et le Conseil du Jura bernois ne pourront se prononcer, or une procédure de consultation fait en Suisse partie du travail législatif.

Le PSJB dénonce cette manière de faire dictatoriale, et contraire à la formation d’un consensus, qui devrait faire partie du patrimoine génétique de la vie politique suisse.

18 Jan

RIE III – NON à l’arnaque !

Communiqué de presse  – votations fédérales du 12 février 2017

Lors de son récent congrès de Tavannes, le PS Jura bernois a adopté des recommandations de vote dans l’optique des votations fédérales du 12 février prochain.

OUI à la naturalisation facilitée des étrangers de la 3ème génération

Le PS s’est de tout temps engagé en faveur de l’intégration des étrangers que nous côtoyons au quotidien, qui participent au bien-être de notre pays et qui, avec nous, par leur travail et leurs talents, apportent leur contribution à la Suisse d’aujourd’hui et de demain.

C’est à un petit pas dans cette direction que nous sommes conviés le 12 février. En effet, il ne s’agit « que » d’accorder une naturalisation facilitée à des étrangers dont les grands-parents sont venus s’établir chez nous voici bien longtemps et dont les racines se trouvent désormais en Suisse. Petit pas certes, mais hautement symbolique : en disant OUI, nous affirmerons que la Suisse n’appartient pas aux xénophobes haineux de l’UDC et nous dirons notre confiance en une Suisse ouverte et chaleureuse.

FORTA : liberté de vote

Les socialistes du Jura bernois sont partagés quant à cet objet, qui ne concerne guère le Jura bernois. On sait que la construction et l’élargissement de routes génèrent du trafic, et donc des nuisances. Il est inadmissible que l’on n’ait pas augmenté aussi la RPLP, car les camions sont largement responsables de la détérioration des autoroutes, alors même que le trafic marchandises longue distance devrait être transféré vers le rail. Et, plus largement, il serait temps que l’on réfléchisse enfin aux moyens à mettre en œuvre pour limiter, en particulier, le trafic pendulaire privé dans et vers les agglomérations. D’un autre côté, FORTA devrait permettre certains aménagements qui, comme les contournements de la Chaux-de-Fonds et du Locle, permettront d’améliorer la qualité de vie dans certaines cités. Nul ne conteste par ailleurs la nécessité d’assurer le financement de l’entretien du réseau routier.

RIE III : une véritable escroquerie !

Très complexe – et sans doute est-ce voulu -, cette loi était à l’origine liée à l’abolition des injustes régimes fiscaux particuliers à laquelle la Suisse s’est finalement résolue face aux pressions exercées par ses principaux partenaires. Mais la majorité bourgeoise des Chambres a profité de l’exercice pour concocter un projet aussi incompréhensible qu’injuste.

  • La loi prévoit, sous la désignation pudique de « boîte à outils », toute une série de magouilles fiscales qui permettront aux entreprises qui disposent des experts fiscaux les plus véreux de ne plus guère payer d’impôts. Ces instruments sont déjà critiqués sur le plan international et la Suisse ne manquera pas d’être bientôt à nouveau sur la sellette.
  • Votre salaire est imposé à 100% ? Les dividendes des actionnaires improductifs ne le sont qu’à 60% ! Une injustice grave que la loi ne corrige pas !
  • La loi renforcera la concurrence fiscale entre les cantons ; or, on sait bien que des cantons comme Berne ne parviendront jamais à s’aligner sur Zoug ou Schwyz
  • La loi aura des effets désastreux sur les communes ; dans notre région, Saint-Imier ou Péry perdront des recettes correspondant à plusieurs dixièmes de quotité ! Mais les communes jusqu’ici moins favorisées y perdront également par le jeu de la péréquation financière : si le pot commun est moins rempli, il y aura moins à redistribuer… Il faut donc s’attendre partout à une augmentation des taxes ou des impôts communaux.
  • La loi imposera donc des trains d’économies drastiques. Or, même les chefs d’entreprises ou les ministres des finances intelligents savent que l’avenir dépend de la formation des travailleurs, de la recherche, de la qualité des infrastructures, de la qualité de vie tout court… Tout cela a un prix !

C’est donc à l’unanimité que les délégués au Congrès vous recommandent de rejeter massivement cette loi profondément injuste.