18 Juin

Entre tristesse et confiance

Vote communaliste de Moutier

Le Parti socialiste du Jura bernois prend acte avec regrets et tristesse du résultat du vote intervenu ce jour quant à l’appartenance cantonale de Moutier et partage l’amertume de la très forte minorité qui doit s’incliner ce soir. Il adresse en particulier un message de vive sympathie aux membres et sympathisants de sa section de Moutier qui, dans un contexte difficile et tendu, se sont efforcés de défendre dignement leurs opinions et leurs positions, conformément aux valeurs socialistes qui sont les leurs.

Ce vote au résultat étriqué est évidemment décevant à de nombreux titres. En particulier, il signifie le début d’une période d’incertitude pour plusieurs institutions et impliquera une réorganisation des services publics jusqu’ici sis à Moutier. Il n’en constitue pas moins l’un des tout derniers épisodes de cette « Question jurassienne » dont la population du Jura bernois est si lasse, ainsi qu’elle l’a démontré massivement le 24 novembre 2013.

Le Parti socialiste du Jura bernois veillera à ce que le Conseil du Jura bernois joue un rôle éminemment actif dans le processus de séparation induit par le vote de ce jour. Il s’engagera avec détermination pour un canton de Berne riche de son bilinguisme et pour que la population du Jura bernois puisse continuer à bénéficier d’un service public fort, notamment dans le domaine de la formation. Il œuvrera pour une offre une culturelle plus colorée encore, complémentaire notamment de celle proposée par la Ville de Bienne.

Il importe désormais de penser l’avenir en des termes différents. Le Jura bernois a un immense potentiel, d’indéniables atouts. Débarrassé de cette antique « Question jurassienne », il pourra les jouer avec confiance, nonobstant le vote de ce jour. Il sera également ouvert à la collaboration avec tous les partenaires loyaux qui le reconnaissent et l’acceptent pour ce qu’il a choisi d’être, à savoir la partie française d’un grand canton bilingue.

25 Jan

Une décision inacceptable

Le Conseiller d’Etat Pierre-Alain Schnegg a annoncé qu’il voulait renoncer à une procédure de consultations sur la révision de la loi sur l’aide sociale. Celle-ci prévoit de nouvelles réductions de prestations totalement inacceptables pour le PSJB. Or, les cantons venaient de se mettre d’accord sur des normes minimales, sous la menace de la Confédération d’imposer ses propres normes.

L’aide matérielle est stable depuis 2013. Environ 30 % des bénéficiaires sont des jeunes de 0 à 17 ans, et le quart, soit environ 12’000 personnes, sont des adultes âgés de plus de 40 ans qui n’ont aucune chance de retrouver un emploi, malgré le passage par l’ORP. Il y a enfin 16 % bénéficiaires qui travaillent à temps complet, mais avec un revenu insuffisant (working poors). Ces réductions touchent frontalement les membres les plus vulnérables de notre société, au moment où on discute de cadeaux fiscaux gigantesques, voir le projet RIE III.

Avec l’abandon de la procédure de consultation, les milieux concernés, les villes et le Conseil du Jura bernois ne pourront se prononcer, or une procédure de consultation fait en Suisse partie du travail législatif.

Le PSJB dénonce cette manière de faire dictatoriale, et contraire à la formation d’un consensus, qui devrait faire partie du patrimoine génétique de la vie politique suisse.

23 Fév

Statu quo + : une approche pragmatique et constructive

rapportstatuquoLe Parti socialiste du Jura bernois a pris connaissance avec intérêt du rapport final relatif au statu quo+ présenté vendredi dernier par le Conseil-Exécutif du canton de Berne et sa Délégation aux Affaires jurassiennes que préside le conseiller d’Etat socialiste Philippe Perrenoud. Il salue une approche pragmatique qui permettra au Jura bernois de renforcer sa position dans le cadre du canton qu’il s’est démocratiquement choisi.

Le Parti socialiste se réjouit en particulier de la création d’un poste de délégué à la culture grâce auquel le Conseil du Jura bernois sera à même de renforcer encore son action auprès des acteurs culturels de la région. Il salue également la ferme volonté manifestée par le gouvernement de renforcer la place du français dans l’administration cantonale et notamment au sein des états-majors des différentes directions. Il appuie également la création telle qu’envisagée de bases légales permettant le transfert ponctuel de compétences au CJB quand cela fait sens et permet aux décisions politiques d’être mieux en phase avec les réalités régionales.

L’arrêté prévoit également d’étudier la possibilité d’un partenariat direct du CJB avec les cantons de l’Arc jurassien. Il convient toutefois de rappeler à ce propos que c’est bel et bien le gouvernement jurassien qui, désavoué le 24 novembre 2013 et en regard de sa situation financière délicate, a mis un terme ou réduit plusieurs collaborations intercantonales.

Le PS Jura bernois tient à souligner également que les mesures proposées impliquent une politique financière et fiscale responsable qui permette au canton de Berne d’être ambitieux, notamment en regard de son bilinguisme. On voudrait que PLR et UDC en soient mieux conscients !

En résumé donc, le Parti socialiste se déclare satisfait de mesures qui, si elles ne sont pas spectaculaires, vont dans le sens d’une adaptation et d’une optimisation du statut du Jura bernois, conformément au désir exprimé par les électrices et les électeurs.

Pour en savoir plus :
 Communiqué de presse du canton de Berne et documentation