28 Nov

Décision responsable concernant la politique hospitalière

Votations du 27 novembre 2016

Le PS du canton de Berne est soulagé du rejet de l’initiative sur les sites hospitaliers, expression de la volonté du peuple en faveur d’une politique de santé raisonnable. Ce résultat incite le PS à poursuivre sa lutte énergique pour un système de santé solide et étendu. Le PS du canton de Berne déplore vivement le rejet de la sortie du nucléaire. Il faut à présent s’activer à mettre en œuvre la stratégie 2050. Pour le canton de Berne, cela ne change pas grand-chose, car l’arrêt de la centrale de Mühleberg est de toute façon une chose acquise. 

Le PS du canton de Berne salue le NON à l’initiative sur les sites hospitaliers. Cette initiative aurait cimenté des structures qui ne sont plus adaptées, et dont les patients et le personnel auraient fait les frais. Désormais, le PS attend du canton qu’il s’intéresse rapidement aux problèmes auxquels est confrontée la politique de santé. Il faut un bon système de santé pour toute la population, aussi bien en régions rurales qu’en régions urbaines. Pour couvrir les besoins, il ne suffit pas que d’hôpitaux, il faut aussi des centres de santé, des maisons de naissance et des médecins de famille en suffisance. « Les habitants du canton – du Jura à l’Oberland – doivent pouvoir compter en tout temps sur un bon système de santé. Le PS lutte énergiquement pour cela », déclare Roberto Bernasconi, vice-président du parti cantonal.

Le PS du canton de Berne déplore le rejet de la sortie du nucléaire. Le peuple suisse a manqué une occasion en or d’en finir définitivement avec l’énergie nucléaire. Aujourd’hui déjà, les centrales nucléaires ne peuvent plus toutes être exploitées pour des raisons de sécurité. Leur arrêt n’aurait été que la conséquence logique de cette situation. De plus, cela aurait permis d’économiser beaucoup d’argent, l’énergie nucléaire étant fortement déficitaire. Il faut à présent s’activer à mettre en œuvre la stratégie 2050. Ursula Marti, présidente du parti, déplore la décision du peuple : « Le canton de Berne avance avec l’arrêt de la centrale de Mühleberg – les autres centrales devraient suivre cet exemple pour laisser la place aux énergies renouvelables. »

08 Nov

Sortir du nucléaire : le plus tôt sera le mieux !

ouisortienucleaireL’énergie nucléaire n’a et ne doit pas avoir d’avenir dans notre pays. D’abord, parce que, comme l’a tragiquement rappelé le terrible accident de Fukushima, cette technologie présente des risques que les exploitants des centrales s’efforcent en vain de minimiser. Ensuite, parce que le problème des déchets radioactifs est loin d’être réglé dans notre pays et que, fort logiquement, personne ne souhaite l’établissement d’un tel dépôt non loin de chez lui.

Mais surtout, l’énergie nucléaire est extrêmement coûteuse. La poursuite de l’exploitation de Gösgen et de Leibstadt exigerait au cours des années à venir des investissements de plus d’un milliard de francs. Le démantèlement des centrales devenues trop vieilles aura lui aussi un coût exorbitant pour lequel les exploitants n’ont constitué que des provisions bien insuffisantes.

Il est donc urgent de se tourner vers les ressources renouvelables. La Suisse dispose à cet égard d’un potentiel riche et diversifié : eau, soleil, vent, biomasse, bois. Favoriser ces technologies durables, c’est aussi favoriser la création d’emplois – le secteur nucléaire n’en offre quant à lui que fort peu. De grands progrès restent également à faire en matière d’économies et d’efficience énergétiques.

Dans ce contexte, le Parti socialiste ne peut que condamner avec fermeté le chantage aux dédommagements exercé par le géant nucléaire Axpo, dont les actionnaires sont pourtant les cantons du Nord-Est de a Suisse et dont le conseil d’administration est composé de représentants (essentiellement UDC) des gouvernements de ces cantons, lesquels devraient avoir à cœur de défendre l’intérêt général.

Le Parti socialiste invite donc citoyennes et citoyens à soutenir massivement l’initiative en faveur de la sortie programmée du nucléaire. Dans l’intérêt bien compris de notre population et des générations futures