02 Juin

Un silence assourdissant

Un départ de Moutier – ce que nous ne souhaitons pas – aurait des conséquences très négatives, non seulement pour le site de Moutier de l’Hôpital du Jura bernois, mais aussi pour l’HJB dans son ensemble, et donc pour le site de Saint-Imier.

Le site de Saint-Imier est un élément très important de l’attractivité de notre cité; c’est un employeur non négligeable, un client du commerce local et surtout un acteur fondamental de la qualité de vie dans notre région. Il en va donc de l’intérêt de Saint-Imier que Moutier reste dans le Jura bernois et le canton de Berne. Or, dans ce débat qui ne concerne, et de loin pas, que la commune de Moutier, nous n’entendons pas le maire de Saint-Imier, à la différence de nombre de ses collègues du vallon et plus généralement de l’ensemble du Jura bernois. Nous respectons évidemment les convictions profondes de chacun, mais nous attendons qu’un maire, au-delà de ses convictions, défende et promeuve les intérêts de sa localité, et qu’il prenne en compte les choix clairs de la majorité de sa population. Le silence assourdissant d’ARC et de son leader concernant l’avenir de l’hôpital et du ceff nous inquiète au plus haut point pour l’avenir des institutions majeures de la cité d’Erguel et pour l’emploi.

 

Parti socialiste du Haut Vallon

 

28 Avr

Populisme ou science ?

Le 21 mai le peuple suisse se prononcera sur la stratégie énergétique 2050. C’est un choix fondamental qui se pose et il est indispensable d’examiner la question en rejetant les prises de position populistes. La stratégie de la peur (une alimentation électrique qui dysfonctionne, des douches froides, des frais supplémentaires de plus de 3’000 francs par année) n’a aucune base scientifique et rationnelle.

D’ailleurs, ce dernier samedi à Genève, 600 scientifiques de renommée mondiale ont défilé pour protester contre l’utilisation des données scientifiques erronées à des fins politiques. Certains faits sont effectivement largement établis, comme, par exemple, l’origine humaine des changements climatiques. Les nier c’est remettre en cause le principe même d’une poursuite de la vérité. Les forces antisciences et anti-éducation sont à l’œuvre en Europe et certains sujets cristallisent les tensions en Allemagne, en France ou en Suisse, alors qu’il existe un consensus scientifique sur leur bien-fondé.

La science ne relève pas de l’invention ou du populisme, elle se base sur des données impartiales et indépendantes des opinions politiques. Nous devons laisser à nos enfants un environnement sain, des conditions de vie agréables et un approvisionnement assuré et écologique. Alors le 21 mai suivons nos savants, ne nous laissons pas influencer par les virtuoses de la peur et du populisme et votons oui.

Parti socialiste du Haut Vallon

13 Sep

AVS + : de bonnes raisons de voter oui

L’AVS est la prévoyance vieillesse la plus sûre : malgré des pourcents de salaires inchangés, les cotisations salariales ont passé de 14 milliards de francs en 1975 à 30,4 milliards en 2015. Le taux de cotisation est inchangé depuis 1975.

L’initiative AVS + est aussi un plus pour celles et ceux qui ont des rentes modestes et qui doivent recourir aux prestations complémentaires : celles-ci ne sont pas automatique. Il faut en faire la demande pour les obtenir et nombreux sont ceux qui ne les demandent pas alors qu’ils y auraient droit.

AVS + est particulièrement favorable aux femmes. Souvent, celles-ci ne reçoivent pas de rente du deuxième pilier, ou une toute petite rente. Pour deux tiers des retraités, l’AVS est le revenu principal. La majorité des retraités est donc menacée par un affaiblissement du deuxième pilier.

AVS + assure une augmentation immédiate des rentes de Fr. 350.- pour un couple et Fr. 200.- pour une personne seule. AVS + est finançable, par une modeste augmentation de 0.4 % des cotisations.

De lourdes incertitudes pèsent sur le deuxième pilier, alors que les cotisations pour le deuxième pilier grimpent. Elles se montent à 18.5 % en 2004, soit quasiment le quadruple des cotisations AVS. Avec la chute des taux d’intérêt, la rentabilité des caisses de pension se détériore massivement.

Le renforcement de l’AVS est nécessaire, équitable, finançable.