02 Juin

Un silence assourdissant

Un départ de Moutier – ce que nous ne souhaitons pas – aurait des conséquences très négatives, non seulement pour le site de Moutier de l’Hôpital du Jura bernois, mais aussi pour l’HJB dans son ensemble, et donc pour le site de Saint-Imier.

Le site de Saint-Imier est un élément très important de l’attractivité de notre cité; c’est un employeur non négligeable, un client du commerce local et surtout un acteur fondamental de la qualité de vie dans notre région. Il en va donc de l’intérêt de Saint-Imier que Moutier reste dans le Jura bernois et le canton de Berne. Or, dans ce débat qui ne concerne, et de loin pas, que la commune de Moutier, nous n’entendons pas le maire de Saint-Imier, à la différence de nombre de ses collègues du vallon et plus généralement de l’ensemble du Jura bernois. Nous respectons évidemment les convictions profondes de chacun, mais nous attendons qu’un maire, au-delà de ses convictions, défende et promeuve les intérêts de sa localité, et qu’il prenne en compte les choix clairs de la majorité de sa population. Le silence assourdissant d’ARC et de son leader concernant l’avenir de l’hôpital et du ceff nous inquiète au plus haut point pour l’avenir des institutions majeures de la cité d’Erguel et pour l’emploi.

 

Parti socialiste du Haut Vallon