02 Juin

Un silence assourdissant

Un départ de Moutier – ce que nous ne souhaitons pas – aurait des conséquences très négatives, non seulement pour le site de Moutier de l’Hôpital du Jura bernois, mais aussi pour l’HJB dans son ensemble, et donc pour le site de Saint-Imier.

Le site de Saint-Imier est un élément très important de l’attractivité de notre cité; c’est un employeur non négligeable, un client du commerce local et surtout un acteur fondamental de la qualité de vie dans notre région. Il en va donc de l’intérêt de Saint-Imier que Moutier reste dans le Jura bernois et le canton de Berne. Or, dans ce débat qui ne concerne, et de loin pas, que la commune de Moutier, nous n’entendons pas le maire de Saint-Imier, à la différence de nombre de ses collègues du vallon et plus généralement de l’ensemble du Jura bernois. Nous respectons évidemment les convictions profondes de chacun, mais nous attendons qu’un maire, au-delà de ses convictions, défende et promeuve les intérêts de sa localité, et qu’il prenne en compte les choix clairs de la majorité de sa population. Le silence assourdissant d’ARC et de son leader concernant l’avenir de l’hôpital et du ceff nous inquiète au plus haut point pour l’avenir des institutions majeures de la cité d’Erguel et pour l’emploi.

 

Parti socialiste du Haut Vallon

 

28 Nov

Décision responsable concernant la politique hospitalière

Votations du 27 novembre 2016

Le PS du canton de Berne est soulagé du rejet de l’initiative sur les sites hospitaliers, expression de la volonté du peuple en faveur d’une politique de santé raisonnable. Ce résultat incite le PS à poursuivre sa lutte énergique pour un système de santé solide et étendu. Le PS du canton de Berne déplore vivement le rejet de la sortie du nucléaire. Il faut à présent s’activer à mettre en œuvre la stratégie 2050. Pour le canton de Berne, cela ne change pas grand-chose, car l’arrêt de la centrale de Mühleberg est de toute façon une chose acquise. 

Le PS du canton de Berne salue le NON à l’initiative sur les sites hospitaliers. Cette initiative aurait cimenté des structures qui ne sont plus adaptées, et dont les patients et le personnel auraient fait les frais. Désormais, le PS attend du canton qu’il s’intéresse rapidement aux problèmes auxquels est confrontée la politique de santé. Il faut un bon système de santé pour toute la population, aussi bien en régions rurales qu’en régions urbaines. Pour couvrir les besoins, il ne suffit pas que d’hôpitaux, il faut aussi des centres de santé, des maisons de naissance et des médecins de famille en suffisance. « Les habitants du canton – du Jura à l’Oberland – doivent pouvoir compter en tout temps sur un bon système de santé. Le PS lutte énergiquement pour cela », déclare Roberto Bernasconi, vice-président du parti cantonal.

Le PS du canton de Berne déplore le rejet de la sortie du nucléaire. Le peuple suisse a manqué une occasion en or d’en finir définitivement avec l’énergie nucléaire. Aujourd’hui déjà, les centrales nucléaires ne peuvent plus toutes être exploitées pour des raisons de sécurité. Leur arrêt n’aurait été que la conséquence logique de cette situation. De plus, cela aurait permis d’économiser beaucoup d’argent, l’énergie nucléaire étant fortement déficitaire. Il faut à présent s’activer à mettre en œuvre la stratégie 2050. Ursula Marti, présidente du parti, déplore la décision du peuple : « Le canton de Berne avance avec l’arrêt de la centrale de Mühleberg – les autres centrales devraient suivre cet exemple pour laisser la place aux énergies renouvelables. »

08 Nov

Initiative « sur les sites hospitaliers » : une mauvaise réponse…

logononinitiativesiteshospitaliersLe Parti socialiste, plus que tout autre, est attaché à un service public fort assurant à l’ensemble des habitants, dans leur région même, des prestations de qualité, tout particulièrement en matière de santé. Les deux hôpitaux du Jura bernois jouent à ce titre un rôle essentiel et il importe d’assurer leur avenir à tout prix. Il est tout aussi essentiel d’offrir aux travailleurs de la santé des emplois attractifs.

Mais l’initiative dite « Sur les sites hospitaliers » rate sa cible, et ce pour plusieurs raisons :

  • Les maternités de Riggisberg et de Zweissimmen devraient rouvrir leurs portes alors même que des offres de substitution ont été élaborées d’entente avec les régions concernées.
  • L’initiative cimenterait les structures actuelles et empêcheraient les 14 hôpitaux cantonaux d’adapter leur offre aux besoins réels de la population. Une telle situation ne profiterait finalement qu’aux hôpitaux privés sis dans les grandes villes, qui eux disposeraient d’une marge de manœuvre bien plus large.
  • Elle ferait courir de gros risques à la qualité des soins, car un hôpital qui serait contraint de pratiquer certains actes de manière trop épisodique aurait de la peine à recruter du personnel disposant non seulement de la formation, mais aussi de l’expérience et de la pratique nécessaires.
  • Elle pourrait coûter extrêmement cher au canton

A l’unanimité, les délégué-e-s au récent Congrès du Parti socialiste du Jura bernois se sont donc exprimés contre cette initiative et invitent citoyennes et citoyens à faire de même.