17 Août

L’UDC et les partis bourgeois se moquent du peuple !

Le Parti socialiste condamne avec virulence la diminution des réductions de prime annoncée ce matin par le Conseil-Exécutif. La majorité bourgeoise démontre ainsi son mépris de la volonté pourtant clairement exprimée par le peuple voici moins de deux ans.

Avec de nombreux partenaires, le PS avait en effet lancé un référendum couronné de succès contre les réductions que les mêmes partis avaient voulu imposer en 2015. Le 28 février 2016, citoyennes et citoyens avaient clairement rejeté cette mesure éminemment antisociale.

En prétendant économiser 26 mios dans le domaine des réductions de primes, la majorité bourgeoise démontre combien elle fait peu de cas de la volonté du peuple. A l’heure où se multiplient les signaux annonçant de nouvelles hausses de primes pour l’an prochain, la mesure présentée ce matin est particulièrement malvenue. Elle frappera particulièrement les familles, alors même qu’un sondage réalisé récemment démontre que 40% d’entre elles estiment ne plus pouvoir supporter une hausse de leurs primes d’assurance-maladie.

Les élus socialistes au Grand Conseil combattront avec la dernière énergie cette mesure profondément injuste, prise au mépris de la volonté du peuple.

02 Juil

Des coupes irresponsables dans la formation et la santé!

Le Parti socialiste du canton de Berne (PS BE) et le Parti socialiste du Jura bernois (PS JB) condamnent fermement les mesures de démantèlement présentées ce matin par le Conseil-Exécutif. Ils jugent particulièrement inadmissibles les coupes proposées dans le domaine de la santé, qui toucheront des prestations aussi sensibles que Spitex ainsi que les institutions pour personnes âgées et handicapées. Ils critiquent également avec véhémence les mesures d’économie dans le domaine de l’aide sociale et regrettent que le canton de Berne amorce ainsi un véritable dumping social en remettant en question les normes CSIAS jusqu’ici appliquées par l’ensemble des cantons suisses.

Spitex (-22 mios), les mesures en faveur des handicapés (-9,2 mios), les homes (-5,5 mios), la psychiatrie ambulatoire (- 5 mios), la prévention en matière de dépendances (-2 mios), les services de secours en cas d’urgence (-2 mios): les coupes irresponsables présentées ce jour par le Conseil-Exécutif, qui font suite aussi à la politique financière et fiscale irresponsable prônée par la majorité bourgeoise du Grand Conseil, toucheront lourdement de larges pans de la société. Ces prestations représentent en effet les fondements même de l’Etat social, l’essence  d’une politique humaniste qui devrait veiller à assurer une existence digne à chacune et à chacun. Ces coupes drastiques, si elles devaient entrer en vigueur, constitueraient un dangereux dérapage vers une société à deux vitesses, puisque seuls les titulaires de comptes en banque bien garnis pourraient encore s’offrir des prestations pourtant élémentaires.

La formation n’est nullement épargnée. En particulier, les responsables communaux feront bien de se souvenir que les transferts de charges dans le domaine des formations transitoires et des transports scolaires ne sont pas les fruits du hasard, mais la conséquence de la politique prônée par l’UDC et ses alliés PLR et PBD.

De manière générale, force est également de constater que ces mesures sont peu réfléchies, tant les économies qu’elles permettraient de réaliser seraient bientôt annihilées: moins de prestations Spitex, cela impliquera davantage de placements en EMS! Moins de mesures d’intégration, cela signifiera plus de personnes qui ne trouveront pas leur place dans le marché de l’emploi! Moins de soins psychiatriques ambulatoires, cela conduira à davantage de traitements stationnaires!

Le PS combattra résolument la politique fiscale bourgeoise, qui prive le canton des moyens nécessaires, notamment, au financement d’investissements porteurs d’avenir: car c’est bien en investissant dans la formation, dans la recherche, dans l’innovation que le canton pourra à terme dégager de nouvelles recettes, et non pas par des mesures à courte vue qui mettent en péril la cohésion sociale.

De même, la fraction socialiste au Grand Conseil examinera attentivement toutes les mesures proposées. Elle acceptera celles qui sont font sens, notamment parce qu’elles tirent profit des nouvelles technologies et contribuent à moderniser le canton de berne. Elle rejettera par contre énergiquement toutes celles qui entraineraient un démantèlement social, toutes celles qui ne sont pas pensées en termes de durabilité, toutes celles qui conduiraient à une péjoration de la vie quotidienne pour la grande majorité de la population.

Il invite d’ores et déjà habitantes et habitants à se mobiliser et à signer en masse la pétition que chacun trouvera sous le lien http://www.spbe.ch/petition.

 

20 Juin

Non aux allégements fiscaux pour les entreprises !

Consultation concernant la révision de la loi sur les impôts 2019

 

Le PS du canton de Berne s’oppose vigoureusement aux baisses d’impôts pour les entreprises prévues par le gouvernement, qui entraîneraient une diminution des prestations dans la santé, la formation, la sécurité sociale et d’autres secteurs du service public. En refusant la RIE III, la population bernoise s’est très clairement exprimée contre les allégements fiscaux pour les entreprises. Avec sa politique d’austérité néolibérale (économies et baisses d’impôts à tout crin au détriment du développement du canton), le gouvernement s’achemine à nouveau vers un référendum. 

En réaction au non retentissant des Bernois à la RIE III, le Conseil-exécutif a réparti en deux étapes les réductions d’impôts dans la loi, mais il ne s’agit là que de cosmétique : les réductions sont maintenues telles que prévues. Le gouvernement cantonal contribue ainsi à alimenter une concurrence fiscale pernicieuse. L’exemple de Lucerne, dont la stratégie de faible imposition a entraîné une énorme réduction des prestations, devrait nous servir d’avertissement. Le PS du canton de Berne s’oppose donc catégoriquement à cette démarche qui aurait pour conséquence des diminutions drastiques des prestations au niveau de la santé, de la formation, de la sécurité sociale et d’autres secteurs du service public de notre canton. Selon Ursula Marti, la présidente du parti, « cette politique bourgeoise de démantèlement est extrêmement délétère pour le développement du canton. Le gouvernement sera tenu pour responsable si les prestations de l’Etat se réduisent comme peau de chagrin. »

En lieu et place des diminutions d’impôts sur le bénéfice, qui ne profitent du reste pas aux PME mais uniquement aux grandes entreprises, le PS du canton de Berne se prononce en faveur de deux mesures d’allégement fiscal, minimes mais ciblées, judicieuses d’un point de vue social et écologique. La première concerne l’augmentation du montant exonéré d’impôt des pensions et indemnités de soins lors de la prise en charge de personnes dépendantes vivant sous le même toit que le contribuable, et la seconde les installations photovoltaïques : le PS propose que le Conseil-exécutif renonce à taxer inutilement ces dernières, et qu’il opte plutôt pour une simplification de la pratique fiscale à ce niveau. Cette mesure s’inscrirait en droite ligne dans la stratégie énergétique : il ne faut pas que les particuliers qui investissent pour contribuer au tournant énergétique soient en plus pénalisés fiscalement.

De plus, le PS exige un taux d’imposition équitable pour tous au niveau cantonal. La députée au Grand Conseil Béatrice Stucki a déposé une intervention parlementaire allant dans ce sens pour les personnes imposées à la source, que le gouvernement n’a toujours pas retenue dans cette révision de la loi fiscale. Béatrice Stucki est d’avis que « les sportifs et artistes étrangers doivent aussi être imposés équitablement, surtout au vu de la situation financière engendrée par les dernières baisses d’impôts. »